COMPTE RENDU TABLE LITTERAIRE 10 OCTOBRE 2015...

A propos d’un Livre dont le titre contient soit un seul mot, soit un nombre, soit une couleur
dimanche 18 octobre 2015
par  Le webmestre
popularité : 49%

JPEG - 23 ko

2084

Boualem SANSAL

Gallimard 2015

Proposé par Dany et Pierre

Pour Pierre, il s’agit d’une version romancée de « Gouverner au nom d’Allah », recension de plusieurs conférences données dans des universités allemandes et qui constitue à la fois un travail historique et philosophique. Boualem Sansal y fait référence à « 1984 » de George Orwell. Quand Orwell écrit ce livre en 1948, cela fait 11 ans qu’il est parti d’Espagne où il était du côté de la gauche libertaire. Quand Sansal écrit « 2084 », c’est 22 ans après la fin des événements de la guerre civile en Algérie (1993). Il raconte ce que pourrait être un monde effrayant. Cela se passe sans doute dans un monde saharien mais on n’en est pas sûr ; on a l’impression que ce monde s’est mis en place après une guerre et que la guerre continue. Il y a un Dieu, un prophète. Cela donne l’impression que le monde est islamisé. La guerre sert à tenir les gens en place. C’est un monde sans femmes. Le vide culturel est immense. Il n’y a rien pour se raccrocher, c’est très noir.

Dany a sauté des pages après un début qui l’a beaucoup intéressé.

Pierre pense lui que cela relève de la prédiction.

PNG

JPEG - 93.6 ko

Bilqiss Saphia AZZEDINE

Stock 2015

Proposé par Karin

C’est l’histoire de la lapidation d’une femme qui a eu l’audace de chanter l’appel à la prière à la place d’un muezzin ivre. Ce roman d’une auteure marocaine adopte plusieurs points de vue. Qui lui lancera la première pierre ? Le juge ? La femme reporter américaine ?

Karin a trouvé ce portrait de femme très beau et très bien écrit et estime qu’il faut soutenir les gens pour qu’ils s’aident eux-mêmes.
PNG

JPEG - 32.2 ko

911

Shannon BURKE

Sonatine 2014

Traduit de l’Anglais (US) (Black flies) par Diniz Galhos

Proposé par Karin

Lorsqu’il devient ambulancier à Harlem, l’un des quartiers les plus difficiles de New York, Ollie Cross est loin d’imaginer qu’il vient d’entrer dans un monde fait d’horreur, de folie et de mort. Scènes de crime, blessures par balles, crises de manque, violences et détresses, le combat est permanent, l’enfer quotidien. Alors que tous ses collègues semblent au mieux résignés, au pire cyniques face à cette misère omniprésente, Ollie commet une erreur fatale : succomber à l’empathie, à la compassion, faire preuve d’humanité dans un univers inhumain et essayer, dans la mesure de ses moyens, d’aider les victimes auxquelles il a affaire. C’est le début d’une spirale infernale qui le conduira à un geste aux conséquences tragiques. Dans un style viscéral, Shannon Burke prend littéralement le lecteur à la gorge.

Karin a aimé suivre cet auteur qui pendant un an a exercé comme ambulancier dans Harlem, tout en prenant des notes entre deux interventions.
PNG

JPEG - 39 ko

Le petit livre des couleurs

Michel PASTOUREAU et Dominique SIMONNET

Points 2005

Proposé par Karin

Ce n’est pas un hasard si nous voyons rouge, rions jaune, devenons verts de peur, bleus de colère ou blancs comme un linge. Les couleurs ne sont pas anodines. Elles véhiculent des tabous, des préjugés auxquels nous obéissons sans le savoir, elles possèdent des sens cachés qui influencent notre environnement, nos comportements, notre langage, notre imaginaire. Les couleurs ont une histoire mouvementée qui raconte l’évolution des mentalités.

L’art, la peinture, la décoration, l’architecture, la publicité, nos produits de consommation, nos vêtements, nos voitures, tout est régi par ce code non écrit.

Michel Pastoureau est historien, anthropologue, spécialiste des couleurs, des images et des symboles. Dominique Simonnet est auteur de romans et d’essais.
PNG

JPEG - 55.8 ko

Berezina

Sylvain TESSON

Editions Guérin 2015

Proposé par Arlette

Pour célébrer les 200 ans de la retraite de Russie, Sylvain Tesson embarque dans un side-car pour faire 4000 kms en guise d’hommage aux soldats et aux chevaux (200 000) de Napoléon.

Il est accompagné par 2 comparses russes Vitaly et Vassili, d’un géographe Cédric Gras et d’un photographe Thomas Goisque. C’est donc un équipage de 3 side-cars Oural qui refont l’itinéraire par un froid de gueux, sans visibilité. On se demande vraiment comment ils ont fait pour s’en sortir vivants.

Le récit s’étend du 3 au 15 décembre 2012 et nous entraîne de Moscou à Paris via la Russie, la Biélorussie, la Lituanie, la Pologne, l’Allemagne, le Luxembourg et la France. Sylvain Tesson se permet de ne pas suivre entièrement l’itinéraire de Napoléon, en partie pour échapper à l’horreur.

C’est le théâtre de l’une des batailles opposant Napoléon aux troupes du Tsar en 1812, lors de la fameuse retraite de Russie. Du 24 octobre 1812 de Moscou au 15 décembre 1812 à Paris, via l’Empire de Russie, le Grand-Duché de Varsovie, le royaume de Prusse, la Confédération du Rhin et l’Empire Français.

Sylvain Tesson s’appuie sur les écrits de Caulaincourt.

La vodka est très présente, notamment lors des soirées.

On sent beaucoup de compassion à l’égard de tous ces héros morts dans un enfer de souffrances qui suivaient un Empereur pour la grandeur de la France.

Berezina est passé dans le langage pour décrire de façon familière une situation cataclysmique, c’est ce que l’on trouve en exergue du livre.

Arlette a été surprise de maintenir un intérêt pour une période qui, a priori, ne l’intéresse guère. Le style de Tesson est percutant et on parvient à sourire.
PNG

JPEG - 33.6 ko

La frontière

Patrick BARD

Points 2002

Proposé par Marie

L’auteur est photographe et écrivain. Ce livre, un premier roman, inspiré de ses reportages se situe à Ciudad Juarez, ville frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. Lieu d’une extrême violence où se côtoient alcool, prostitution, trafic de sang, d’organes, d’adoption etc.

Patrick Bard a beaucoup travaillé sur le thème des frontières. En 1996, il est allé sur la frontière américano-mexicaine et ce fut un choc. Il y est arrivé au moment où des milliers d’usines américaines s’installaient côté Mexique. On y voyait tout le drame des migrants, l’expansion des bidonvilles et ces milliers d’ouvrières qui vivaient dans la misère et la violence. Sans parler du narcotrafic et des femmes assassinées. C’était à une époque où on commençait juste à parler de mondialisation.

Marie en commençant le livre n’y croyait pas.
PNG

JPEG - 91.2 ko

Bilal sur la route des clandestins
Fabrizio GATTI
Liana Levi 2007
Traduit de l’Italien (Bilal : il mio viaggio da infiltrato nel mercato dei nuovi schiavi) par Jean-Luc Defromont

Proposé par Marie
Un faux nom, un petit tube dans lequel sont roulés quelques dollars, de la colle pour masquer ses empreintes digitales, un gilet de sauvetage, trois boîtes de sardines, une grande bouteille d’eau, cela suffit à Fabrizio Gatti, journaliste à L’Espresso, pour se transformer en Bilal, immigré imaginaire. À partir de Dakar, il va remonter jusqu’à Tripoli, infiltré dans la route de l’émigration, afin de rentrer en Europe par la porte de Lampedusa, comme le font chaque jour des centaines de clandestins. Ce faisant, il traverse le Sahara sur des camions, rencontre des membres d’Al-Qaida, des passeurs sans scrupules, des esclavagistes nouveau modèle, et, à Lampedusa, il vit le quotidien de ces demandeurs d’asile que l’on va libérer avec une feuille d’expulsion. Feuille qu’ils se hâtent de déchirer en mille morceaux pour tenter leur chance en Italie, en France, en Allemagne…

Lucide et impitoyable, ce livre exceptionnel a déjà provoqué, à sa sortie en Italie en novembre 2007, un énorme débat sur la situation des immigrés. Lauréat du Prix Terzani 2008 (le plus grand prix italien de non-fiction), Bilal a été dans les listes de meilleures ventes en Italie à sa parution à l’automne 2007.

Marie a aimé cette réflexion sur une situation actuelle.
PNG

JPEG - 39.6 ko

Les désenchantées
Pierre LOTI
Aubéron 2003 (Première édition 1903)

Proposé par Edouard

Ce roman se situe dans l’Empire ottoman finissant au début du XX ième siècle. Il déroule les pensées de femmes vivant dans un harem. Deux personnages vivent parallèlement : un homme qui se rend à Istanbul pour se souvenir d’un amour ancien. Il reçoit une lettre d’une jeune fille recluse qui entre secrètement en contact avec lui. Cette relation est clandestine et mystérieuse. Pierre Loti mêle réalité et fiction et ce récit est une vibrante défense de l’émancipation de la femme.

Edouard n’a pas lâché le livre où tout est dans le ressenti.

PNG

JPEG - 21.7 ko

Mourir pour Kobané
Patrice FRANCESCHI
Equateurs 2015


Proposé par Dany

Ce livre rend hommage aux combattantes et combattants kurdes qui ont sauvé une ville symbole de la lutte contre Daech. L’auteur est un ami de longue date des Kurdes. On y croise divers personnages, John, un Américain de l’Ohio venu rejoindre les rangs des Kurdes. On y croise aussi Hussain Kotchar, le commandant en chef de Tel Khanzir, le front ouest de Djézireh, en Syrie.

L’auteur ne cache pas son admiration face à ces "amazones de feu", ces combattantes kurdes qui se battent à égal de l’homme. Au printemps 2013, elles sont ignorées de tous. Dix-huit mois plus tard, elles deviendront les "héroïnes emblématiques pour les Occidentaux".

Patrice Franceschi s’obstine à croire encore et toujours aux grands idéaux, comme liberté et démocratie.

Dany a aimé ce livre très fort.


Prochaine Table littéraire :
Samedi 14 novembre 2015 : la BD.


Commentaires

Brèves

27 juin 2016 - L’école La Mosaïque vous invite à la conférence

« Autorité et bienveillance »
Le vendredi 01/07 de 17h à 19h30 à la Maison des Sociétés, Lire les (...)