Touche pas à ma souche !

DNA du 16 septembre
vendredi 9 octobre 2015
par  Le webmestre
popularité : 41%

JPEG - 48.6 ko

Fin juin, Caroline et Sandrine, qui habitent à proximité du parc du Château, assistent, éberluées, au démarrage de l’abattage d’un arbre emblématique. « On s’est dit qu’on s’attaquait à un arbre gigantesque et que ce n’était pas possible ».

Au pique-nique des parents d’élèves de l’école maternelle du Château, l’idée se précise. Il faut garder une trace de ce patrimoine vert. « L’émotion était énorme », racontent-elles. Le diagnostic établi par des experts n’est pas remis en cause : l’arbre est attaqué à sa base par un champignon. Impossible de prendre le risque qu’il s’effondre dans l’aire de jeux. Alors, il faut le couper mais en garder la trace.

En appelant la mairie, elles obtiennent gain de cause, avec le soutien d’Andrée Munchenbach, qui est à l’époque adjointe en charge de l’environnement. Un accord obtenu sur le fil du rasoir : « Il ne restait plus qu’une journée et ils coupaient tout ».

Les tronçonneuses sont stoppées en plein élan. Mais que faire de ce qui reste de l’arbre ? Ne surtout pas se débarrasser de cette souche, mais « la sculpter ou la transformer ». « Ce qui est rigolo, c’est que plein de gens projettent des choses sur cette souche. Les gosses veulent tous en faire une cabane », raconte Sandrine.

Faire émerger les idées

Samedi, tandis que se déroulait le café associatif de l’association des habitants du quartier centre de Schiltigheim (AHQCS), l’artiste plasticienne schilikoise Wonderbabette a installé sa roulotte dans le parc. Son but : recueillir l’avis de la population sur l’avenir de la souche du hêtre rouge. Le service enfance et jeunesse de la ville de Schiltigheim a en effet lancé une consultation des habitants. « C’est l’occasion d’un travail entre les générations », explique Astride Lepiez, qui dirige ce service. « J’ai fait appel à Wonderbabette pour ses compétences artistiques à faire émerger les idées et sa facilité à aborder petits et grands ». Au marché hebdomadaire, dans le parc du Château ou lors de la braderie annuelle, les passants ont pu découvrir cette initiative. Samedi, au parc du Château, les curieux de tous âges sont venus apporter leurs idées.

Dans quel sens vont-elles ? « L’arbre est tellement gros qu’on peut faire plein de choses avec », souligne Wonderbabette. De la sculpture, des bancs, une cabane à livres…

La consultation se termine fin octobre. Il restera ensuite à passer des rêves à la réalité.


Commentaires

Navigation