COMPTE RENDU TABLE LITTERAIRE 16 MAI 2015

Lectures diverses
jeudi 21 mai 2015
par  Le webmestre
popularité : 10%

JPEG - 16 ko


Zone verte
Rajiv CHANDRASEKARAN
Points 2006

Proposé par Marie

Envoyé spécial à Bagdad, Rajiv Chandrasekaran a enquêté pendant un an et demi dans la Zone verte, cette « petite Amérique » recréée par l’administration Bush pour accueillir les spécialistes chargés de faire de l’Irak une démocratie moderne. Le journaliste décrit le quotidien de ces Américains vivant en plein centre d’un pays dévasté par les bombardements. C’est l’histoire, racontée de l’intérieur, d’une organisation qui s’obstine jusqu’à l’absurde à mettre en place des projets en décalage complet avec la réalité. L’épopée loufoque d’une bande de Pieds Nickelés missionnés par le président des Etats-Unis pour « libérer l’Irak ».

Un film en a été tiré.

Marie a été particulièrement frappée par les malentendus engendrés.


JPEG - 6 ko

Claire dans le miroir
Jean JOUBERT
Melis 2004

Proposé par Milan

Milan propose un recueil de nouvelles écrites par son ami Jean Joubert, à la fois très condensées et dans lesquelles il se passe peu de choses. « La blancheur des murs », une de ces nouvelles en est très caractéristique. C’est l’histoire d’un homme qui attend toute une journée dans une maison de campagne une femme qui ne viendra pas ; le lecteur le comprend d’emblée, l’homme non.

Dans ces nouvelles l’auteur explore le territoire des passions secrètes et les images d’une réalité qui insensiblement glisse vers le fantastique. Le " merveilleux quotidien " est source d’exaltation, mais parfois peut prendre aussi des dimensions tragiques.


JPEG - 64.4 ko

Un été à Bluepoint
Stuart NADLER
Albin Michel 2015
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) « Wise Men » par Bernard Cohen

Proposé par Sabine

Un été à Bluepoint est une saga qui s’étend sur une soixantaine d’années où l’histoire d’une famille se confond avec l’Histoire des Etats-Unis. La famille est celle d’Arthur Wise, avocat devenu célèbre, qui possède une maison à Bluepoint, à Cap Cod, symbole de la réussite sociale. A Bluepoint, en même temps que la maison, la vue sur l’océan, la famille « prend possession » de Lem Dawson, le « boy » noir, en ces années où l’Amérique n’en avait déjà pas fini avec le racisme. Hilly, le fils de 17 ans, s’entend bien avec Lem, il tombe même amoureux de Savannah, la nièce de celui-ci. Mais peut-on s’aimer dans l’Amérique des années cinquante quand on est un blanc et une noire, un riche et une pauvre ?

Stuart NADLER est un jeune écrivain de moins de 35 ans, il signe là un premier roman ambitieux, avec du souffle.

Pour Sabine, un livre qui laisse un peu sur sa faim mais qui mérite d’être lu.


JPEG - 12.8 ko

Check-point
Jean-Christophe RUFIN
Gallimard 2015

Proposé par Dany

Maud, vingt et un ans, cache sa beauté et ses idéaux derrière de vilaines lunettes. Elle s’engage dans une ONG et se retrouve au volant d’un quinze tonnes sur les routes de la Bosnie en guerre. Les quatre hommes qui l’accompagnent dans ce convoi sont bien différents de l’image habituelle des volontaires humanitaires. Dans ce quotidien de machisme, Maud réussira malgré tout à se placer au centre du jeu. Un à un, ses compagnons vont lui révéler les blessures secrètes de leur existence et la véritable nature de leur chargement.

À travers des personnages d’une force exceptionnelle, Jean-Christophe Rufin nous offre un puissant thriller psychologique. Et l’aventure de Maud éclaire un des dilemmes les plus fondamentaux de notre époque. À l’heure où la violence s’invite jusqu’au cœur de l’Europe, y a-t-il encore une place pour la neutralité bienveillante de l’action humanitaire ? Face à la souffrance, n’est-il pas temps, désormais, de prendre les armes ?

Pour Dany, chaque personnage est intéressant.


JPEG - 58.3 ko

Ebène
Ryszard KAPUSCINSKI
Pocket 2002
Traduit du polonais par Véronique Patte

Proposé par Dany

Quand Ryszard Kapuscinski arrive comme journaliste en 1958 à Accra, la capitale du Ghana, il ne peut soupçonner que ce voyage sera le début d’une passion qui ne le quittera plus jamais.
Pendant des années, ce grand reporter doublé d’un écrivain sillonne le continent noir, habite les quartiers des Africains, s’expose à des conditions de vie qu’aucun correspondant occidental n’aurait acceptées.

Observateur exceptionnel, il croise des potentats comme Nkrumah, Kenyatta ou Idi Amin, témoigne de coups d’Etat et de guerres civiles (au Rwanda par exemple) ; il essuie des fusillades, affronte des tempêtes de sable et supporte l’indescriptible chaleur africaine. Mais Kapuscinski s’intéresse surtout aux gens et sait gagner leur confiance. Le tumulte de la vie quotidienne africaine le passionne davantage que les corruptions, les épidémies et les guerres meurtrières.


JPEG - 68.2 ko

Mon voyage avec Hérodote
Ryszard KAPUSCINSKI
Pocket 2008
Traduit du polonais par Véronique Patte

Proposé par Dany

S’il existait un dieu des reporters et des envoyés spéciaux, il se nommerait Hérodote.

Le " père de l’histoire ", comme disait Cicéron, est le premier à parcourir le monde antique avec pour seul désir celui de le connaître, le comprendre et le raconter. Vingt-cinq siècles plus tard, Ryszard Kapuściński, lecteur infatigable et admirateur inspiré de son illustre prédécesseur, rôde aux confins de la Chine, de l’Inde ou de l’Afrique.

Curieux affamé, ennemi juré de l’exotisme et du pittoresque, il observe, discute, écoute, s’émerveille.


JPEG - 8.4 ko

Cet autre
Ryszard KAPUSCINSKI
Pocket 2014

Traduit du polonais par Véronique Patte

Proposé par Dany

Reportage littéraire sur le concept de l’autre en Occident.

L’auteur examine le regard porté par les sociétés sur les habitants du Sud, toujours considérés comme des étrangers hostiles, objets d’étude plus que partenaires assumant au même rang la responsabilité de l’homme.

Il démontre à quel point l’idée de l’autre demeure un défi permanent pour l’esprit humain.


JPEG - 22.3 ko

Le quatrième mur
Sorj CHALANDON
Grasset 2013

Proposé par Céline

Nous sommes à Paris dans les années 80 où un jeune homme fait du théâtre et écrit. Il a « fait » Mai 68, puis s’est marié et a une petite fille. Il rencontre Samuel, auteur de théâtre, grec et juif qui veut monter « Antigone » à Beyrouth. Pour chacun des rôles, il cherche un non-comédien issu de chaque ethnie ou religion coexistant au Liban. Entre-temps, Samuel tombe malade et demande au personnage principal du livre de reprendre son projet.

Au bout de quelques mois, on retrouvera un homme transformé qui a appris beaucoup de choses et qui retrouve sa vie.

Pour Céline, l’intérêt du livre réside beaucoup dans le fait que l’auteur donne à voir chaque « camp » et que chacun ait tour à tour « raison ».


JPEG - 36.8 ko

Judas
Amos OZ
Suhrkamp 2015
Traduit de l’hébreu vers l’allemand par Mirjam Pressler

Proposé par Karin qui l’a lu en allemand

Le nouveau et captivant roman d’Amos Oz – “L’Évangile selon Yéhudah [ou Judas]” – commence aussi par une invitation au dialogue. Shmuel Ash, un étudiant abandonnant la fac après un échec amoureux et sur le point de quitter Jérusalem, tombe sur une annonce à la porte de la cafétéria offrant pension gratuite et de modestes gages à qui serait prêt à tenir compagnie à un septuagénaire infirme « en attente pour l’essentiel de conversation et non de soins ».

Dans la petite maison défraîchie de l’invalide, Gershom Wald, Shmuel Ash va également rencontrer l’envoûtante et mystérieuse Ataliah Abarvanel ; et engager avec eux deux de fascinantes discussions sur l’amour, la trahison et la solitude, comme sur le moment précis où, sur l’abscisse du temps, le sionisme eût apparemment pu choisir une autre voie – et ne l’a pas fait.


JPEG - 149.8 ko

Le journal de Polina
Polina JEREBTSOVA
Books Editions 2013
Traduit du russe par Véronique Patte

Proposé par Karine

Le récit commence au début de la deuxième guerre en Tchétchénie, en 1999. Polina Jerebtsova a alors 14 ans et vit à Grozny avec sa mère. Pendant trois ans, l’adolescente note tout. Jour après jour, elle décrit son quotidien, la destruction progressive de la ville et de leur appartement, la faim, l’évolution des relations entre les voisins, la peur, les bombardements. À son journal, elle confie aussi ses espoirs, ses doutes et émaille ses écrits de nombreux poèmes. Son ambition est déjà de démontrer l’absurdité d’une guerre qui oppose les habitants d’un même pays. Elle insiste d’ailleurs sur le fait qu’avant la première guerre de 1994, Russes et Tchétchènes cohabitaient harmonieusement.

Polina Jerebtsova a écrit un « Rapport sur les crimes de guerre sur le territoire de la République tchétchène (1994-2004) ».


JPEG - 20.5 ko

Chemins
Michèle LESBRE
Sabine Wespieser 2015

Proposé par Christiane

Un roman d’une intensité légère ou d’une légèreté intense qui explore l’intime. A partir d’un livre aperçu à la terrasse d’un café, livre préféré du père, c’est un pèlerinage pour percer le mystère de cet homme.

Elle retrouvera l’enfant qu’elle fut, ses parents et grands-parents, des maisons, des jardins, des paysages de campagne, des petits hôtels, des ponts, des écluses. Le temps s’écoule lentement.

La nostalgie laisse la place à l’émerveillement, à des amitiés et des lendemains possibles.


JPEG - 77.2 ko

Le canapé rouge
Michèle LESBRE
Folio 2007

Proposé par Christiane

Sur un coup de tête, la narratrice décide de partir sur les traces de Gyl, son ancien amour, parti vivre au bord du lac Baïkal.

Dans le Transsibérien, elle s’éveille tôt pour regarder l’aube se lever sur les pins et les bouleaux, les isbas grises et les gares en ruine. Le temps semble suspendu. A Paris, elle n’a prévenu personne, sauf sa voisine Clémence, qui en 1943 a vu son jeune amoureux abattu par un Allemand, qui doit l’attendre sur son canapé rouge où elles s’installaient pour parler de leurs amants disparus, de solitude et de littérature.

C’est en revenant frapper à la porte de Clémence qu’elle comprendra les raisons de son départ.


JPEG - 22.8 ko


Ecoute la pluie

Michèle LESBRE
Sabine Wespieser 2013

Proposé par Christiane

Une femme dans le métro parisien qui part rejoindre l’homme qu’elle aime.

Elle croise un vieil homme qui lui sourit juste avant de se jeter sous les rames du métro.

Elle en oublie son rendez-vous et erre dans la nuit, explorant ainsi la fragilité et les mystères de la vie.


JPEG - 21.6 ko

La petite trotteuse
Michèle LESBRE
Sabine Wespieser 2005

Proposé par Christiane

Elle visite des maisons, sans jamais les acheter. Tout ce qui lui reste de ce père tant aimé, est une trentaine de dessins représentant des maisons et une montre dont le tic-tac l’accompagne depuis des années. Elle visite des maisons pour se trouver elle, et pour le retrouver lui, ce père absent et si peu présent quand il était vivant. Ce père presque mutique, d’une grande douceur, mais au visage empreint d’une grande douleur.

Le bonheur n’a pas été pour lui : le couple qu’il formait avec sa mère n’avait pas d’existence.

Elle visite des maisons et fait resurgir, peu à peu, les fantômes du passé, les êtres et les lieux aimés, mais aussi les incompréhensions de l’enfance, les non-dits, les dissimulations. Au fil de sa quête, elle va combler les vides et se tourner de plus en plus vers le présent...

Un roman écrit avec beaucoup de délicatesse, sur la découverte des origines, sur l’acceptation du passé.

Dans l’oeuvre de Michèle Lesbre, Christiane aime ces mots simples, profonds et parfois d’une grande fragilité, ces héroïnes attachantes, plutôt perdues dans le présent, perturbées par le passé mais en convalescence.


JPEG - 27 ko

La berge Sud
Milan BUNJEVAC
L’Harmattan 2014

Proposé par Pierre

Voyageur infatigable qui parcourt le monde à la recherche de son sosie, étudiant en vacances à qui un paysage idyllique montre des visages inattendus, peintre en panne d’inspiration à qui une secousse tellurique indique le chemin, vieille dame que son voisinage confond avec son caniche, mort qui commente ses obsèques sont quelques-uns des personnages qui peuplent le monde de ces neuf nouvelles dont la banalité quotidienne vire progressivement, par des glissements à peine perceptibles, au saugrenu et au fantastique.

Pierre aime être désarçonné par ces personnages.


JPEG - 17.7 ko

Le ravissement des innocents
Tayie SELASI
Gallimard 2014
Traduit de l’anglais (Ghana must go) par Sylvie Schneider

Proposé par Arlette

Un livre qui s’ouvre sans suspense par la mort d’un homme à la lisière de sa porte et de son jardin, frappé par une crise cardiaque. La première partie retrace les événements de la vie de ce médecin ghanéen qui a exercé aux Etats-Unis, un peu comme un raccourci de sa vie au seuil de la mort. « Né dans la poussière, mort dans l’herbe », une façon de dire qu’il a parcouru un chemin énorme.
La deuxième partie se concentre sur les quatre enfants devenus adultes prévenus par la mère de la mort du père, dont les parcours soudés dans l’enfance, ont divergé au point de ne plus se voir. Ils organisent leur venue au Ghana pour les obsèques de leur père. On sent un mystère planer autour des jumeaux.
Enfin la troisième partie qui se déroule au Ghana et qui réunit la famille pour la cérémonie : on sent que quelque chose pourrait peut-être recommencer, sans optimisme délirant toutefois.
La jeune auteure, née à Londres de parents nigérian et ghanéen, a fait ses études à Yale et à Oxford et vit à Rome. Elle est aussi photographe et musicienne. Elle est à l’origine du terme « Afropolitan » : elle ne se sent ni britannique, ni américaine, ni africaine ; marquée par la culture urbaine occidentale, elle se crée une identité propre, sans doute représentative de nombreux jeunes de sa génération.

Pour Arlette, un talent à suivre.

Prochaine Table le samedi 13 juin 2015 autour de Lectures estivales


Commentaires

Brèves

27 juin 2016 - L’école La Mosaïque vous invite à la conférence

« Autorité et bienveillance »
Le vendredi 01/07 de 17h à 19h30 à la Maison des Sociétés, Lire les (...)