TABLE LITTERAIRE du 11 AVRIL 2015

Lectures diverses
lundi 13 avril 2015
popularité : 10%

 
JPEG - 23.8 ko

Viva
Patrick DEVILLE
Seuil 2014

Proposé par Pierre

Le « héros » du livre est le Mexique des années 30, qui a accueilli des exilés du monde entier et où se sont croisé hommes politiques et artistes, mexicains et étrangers. Les figures centrales en sont Trotsky et Malcolm Lowry, auteur du livre culte « Au-dessous du volcan ». Et également Frida Khalo, artiste peintre, Diego Rivera, son mari, peintre muraliste, B.Traven, auteur du livre « Le trésor de la Sierra Madre » dont il sera tiré le film éponyme, André Breton, le poète surréaliste et Antonin Artaud. De brefs chapitres remplis d’anecdotes, de rencontres autour de faits historiques dans un bouillonnement révolutionnaire.

Lecture intéressante, irritante par moments quand l’auteur abuse du « name-dropping » : on distille plusieurs noms de célébrités par page. Ce n’est que vers la fin du livre qu’on ne regrette pas de l’avoir lu. Il constitue en tout cas un témoignage agité de l’histoire qui précède la Deuxième Guerre Mondiale.


JPEG - 16.2 ko

La dernière leçon
Noelle CHATELET
Seuil 2004

Proposé par Léonie
Le livre a pour figure centrale la mère de l’auteur, Mireille Jospin qui décide à l’âge de 92 ans de mettre fin à ses jours. Cette femme d’exception, sage-femme, fatiguée par le poids des ans, décide de se donner la mort, la narratrice est submergée d’effroi. Comment peut-on se résigner à la perte d’un être cher ? Comment se prépare-t-on à une telle douleur ? Elle accompagnera jusqu’au bout celle qui lui a donné la vie. Elle partagera les derniers instants de tendresse et de complicité. Elle apprendra une dernière leçon : l’amour.


JPEG - 12.8 ko

L’île
Robert MERLE
Gallimard 1962

Proposé par Dany

L’Île est un roman d’aventures, inspiré par l’histoire réelle des révoltés du Bounty. L’auteur reprend un thème qui lui est cher : l’histoire d’hommes restés face à eux-mêmes, qui tentent d’organiser une vie en société.
L’histoire se situe à la fin du XVIII ème siècle en Océanie. Au cours d’un voyage vers Tahiti, une partie de l’équipage du Blossom se révolte contre Burt, le capitaine tyrannique, et le tue. Devenus des mutins, les marins doivent se réfugier sur une île lointaine et non répertoriée sur les cartes. Ils passent par Tahiti, où Purcell, le personnage central, retrouve le grand chef Tahitien, Otou, et ses deux enfants, Mehani et Ivoa, qu’il avait rencontré lors d’un précédent séjour.
Pour compléter la future population de l’île, les Anglais partent avec 6 Tahitiens et 12 Tahitiennes, dont les deux amis de Purcell. Dès l’arrivée sur l’île, les Britanniques écartent les Tahitiens des décisions importantes, en mettant en place des votes "démocratiques" qui établissent toutes les règles de la communauté. Les deux groupes vivent séparés, les tensions montent, et s’aggravent dramatiquement.


JPEG - 8.3 ko

L’Abyssin
Jean-Christophe RUFIN
Gallimard 1999

Proposé par Dany

Louis XIV n’a jamais rencontré le Négus, le mythique roi d’Éthiopie mais il y eut bien entre les deux souverains des contacts diplomatiques. Un ambassadeur fut envoyé par le Négus à la cour du Roi Soleil. C’est en se fondant sur ce fait historique que Jean-Christophe Rufin bâtit son premier roman, l’aventure extraordinaire de Jean-Baptiste Poncet, traversant les déserts d’Égypte et les montagnes d’Abyssinie avant de se retrouver à Versailles, un peu dépaysé mais sans rien perdre de son inépuisable ingéniosité. L’enjeu est de taille puisque l’Éthiopie est l’objet de la convoitise des jésuites, des capucins et de pas mal d’autres qui, sous prétexte de servir Dieu, mettraient volontiers le pays sous leur coupe. Ayant compris le résultat désastreux que sa mission pourrait entraîner, Poncet décide de tout faire pour sauvegarder la liberté et les mystères de l’Éthiopie. Derrière un récit captivant, dans une langue héritée de Voltaire et Diderot, se cache une réflexion tout à fait actuelle sur le fanatisme et la liberté des peuples.


JPEG - 23.6 ko

Les 1001 gaffes de l’ange gardien Ariel Auvinen
Arto PAASILINNA
Gallimard 2015
Traduit du finnois par Anne Colin du Terrail

Proposé par Dany

On l’ignore, mais chaque année, dans l’église de Kerimäki en Finlande, a lieu un séminaire de formation des anges gardiens. Cinq cents d’entre eux y sont réunis et, en moins d’une semaine, l’ange Gabriel et ses assistants ont la lourde tâche de leur apprendre à protéger un mortel et à le guider sur le droit chemin. Parmi les célestes apprentis se trouve Ariel Auvinen, ange aussi zélé que maladroit. Après sa formation théorique, Ariel est passé aux exercices pratiques. Pas très concluant : après avoir guidé sa protégée, une vieille dame un peu bigote, vers le bar local où elle s’est consciencieusement saoulée, il s’est essayé aux acrobaties aériennes, mais avec des ailes de dix mètres d’envergure ce n’est pas gagné ! On lui confie toutefois un mortel : Aaro Korhonen, homme en tous points respectable et capable de s’occuper seul de ses affaires. Même un ange aussi maladroit qu’Ariel Auvinen ne parviendra sans doute pas à semer la pagaille dans sa vie, et encore moins à l’exposer aux tentations du démon. C’est du moins ce que croit l’ange Gabriel.
Lecture désopilante.


JPEG - 37.6 ko

La faim
Knut HAMSUN
Presses Universitaires de France 1994
Traduit du norvégien par Régis Boyer

Proposé par Dany
Ce roman de la solitude, publié dans sa version définitive en 1890 et inspiré de l’expérience de l’auteur avant qu’il ne rencontre le succès, relate à la première personne la vie d’un écrivain qui erre dans les rues de Christiania, tenaillé par la faim qu’il recherche autant qu’il la fuit, et de la déchéance physique et mentale qu’il subit en conséquence.
À travers quatre parties enchaînant sans respiration des épisodes nombreux, le narrateur anonyme, jeune écrivain affamé, écrit pour des journaux, change de domicile ou dort dans les rues selon les moments, et rencontre de nombreux personnages différents, souvent mystérieux, comme la figure féminine qu’il surnomme Ylajali.
La déchéance physique et mentale du personnage est complétée par ses fantaisies, ses accès de colère ou de joie inexplicables, ses facéties aux dépens ou aux bénéfices de ses connaissances ou d’inconnus complets, dans un élan parfois proche de l’hallucination ou de la folie.
Chassé d’un meublé, le narrateur se retrouve une nouvelle fois sans domicile ni ressource quand, sur une impulsion, il décide de s’engager sur un navire en partance, se libérant ainsi de l’errance.


JPEG - 56.5 ko

Des voix dans le vent
Grozdana OLUJIC
Editions Gaia 2013
Traduit du serbe par Alain Cappon

Proposé par Milan

Une nuit, dans une chambre d’hôtel de Lexington Avenue à New-York, le docteur Danilo Aracki ne dort pas. Dans cette chambre, soufflent les voix des défunts de sa famille qui le forcent à se rappeler son passé, ses souvenirs, non pas dans son exil américain, mais son enfance et sa jeunesse en Yougoslavie.
Il revoit son grand-père, Luka Aracki, forte personnalité. Colonel de l’armée et pourtant un fervent défenseur de la paix, considérant les guerres comme une malédiction. Il évoque aussi Petrar, son frère dont la disparition reste une énigme. Il y a aussi les figures féminines dotées de personnalités puissantes.
Les interrogations de cette nuit l’obligent aussi à se poser des questions sur lui-même, ses doutes et ses incertitudes. En effet, n’est-il pas le dernier des Aracki ? A lui de faire en sorte que la mémoire familiale reste vivante. A lui aussi de tenter de résoudre l’énigme de la disparition de Petrar. Les défunts comptent sur lui. Même exilé, ils ne le lâcheront pas
Ne pas oublier son passé permet de mieux appréhender son futur, et pour le docteur Aracki, le futur c’est l’Amérique et un poste de médecin psychiatre. Ni l’éloignement, ni le temps qui passe ne lui feront oublier sa langue, son éducation, les siens. Les spectres qui errent dans sa chambre d’hôtel peuvent être rassurés.
Des Voix dans le vent se sont vu décerner le prix NIN, l’équivalent de notre prix Goncourt en 2009.


JPEG - 8.9 ko

Les douze tribus d’Hattie
Ayana MATHIS
Gallmeister 2014
Traduit de l’Anglais (USA) par François Happe

Proposé par Karine

Gare de Philadelphie, 1923. La jeune Hattie arrive de Géorgie en compagnie de sa mère et de ses sœurs pour fuir le Sud rural et la ségrégation. Aspirant à une vie nouvelle, forte de l’énergie de ses seize ans, Hattie épouse August. Au fil des années, cinq fils, six filles et une petite-fille naîtront de ce mariage. Douze enfants, douze tribus qui égrèneront leur parcours au fil de l’histoire américaine du XXe siècle. Cette famille se dévoile peu à peu à travers l’existence de ces fils et de ces filles marqués chacun à leur manière par le fort tempérament de leur mère. Telles les pièces d’un puzzle, ces douze tribus dessinent le portrait en creux d’une mère insaisissable et le parcours d’une nation en devenir. Chaque enfant d’Hattie nous dévoile une facette de cette femme, une facette de ce pays, et une façon différente d’être mère.

L’auteure signe là un premier roman éblouissant, sensible et puissant qui dessine la toile de fond de l’histoire récente des Etats-Unis.

Un livre à lire en écoutant un disque de Billie Holiday recommande Karine !


Commentaires

Brèves

27 juin 2016 - L’école La Mosaïque vous invite à la conférence

« Autorité et bienveillance »
Le vendredi 01/07 de 17h à 19h30 à la Maison des Sociétés, Lire les (...)